En famille

Mon aventure de l’allaitement

L’allaitement, cette manière naturelle de nourrir bébé … c’était comme une évidence pour bébé célestin, notre 6 ème et dernier bébé.

J’y tenais, c’était prévu, je le voulais plus que tout, je voulais absolument pouvoir tenter cette expérience magique. Car c’était une grande première pour moi. J’avais voulu allaiter Sarah-Luna il y a presque 17 ans mais les 48 heures de travail et l’hémorragie au moment de la délivrance ont eu raison de ma volonté. Puis je n’ai pas ressenti ce besoin pour nos autres loulous.

Mais pour bébé célestin, les choses étaient différentes, le contexte ….. Nous avions décidé de changer de vie quelques mois (années même) avant cette grossesse, pour nous tourner vers le naturel, la simplicité … alors l’allaitement allait dans l’ordre des choses.

Et quelle aventure !

Allaiter est un acte merveilleux, un moment de symbiose avec notre bébé, de plénitude. On lui offre notre lait si précieux, pour l’aider à grandir ; et notre corps aussi, avec beaucoup de liberté. Car étonnement, je n’ai ressenti aucune pudeur, aucune gêne d’allaiter Célestin en public et/ou à l’extérieur. J’avais “peur” de la réaction de nos loulous, de nos garçons surtout, au début, et finalement ils s’y sont fait, avec beaucoup de bienveillance envers moi. Et admirer bébé, qui me sourie lors des tétées, ou me fait rire lorsqu’il se jette sur moi comme un morfalou ….

allaitement bébé préma
Célestin à presque 1 mois

Mais l’allaitement peut être compliqué parfois. Ce n’est pas si simple qu’on peut le lire ou l’entendre parfois. Il faut quelquefois se battre pour que ça fonctionne et ce fut mon cas. Par “chance” je n’ai pas souffert de  Céléstin est non seulement né prématuré à 34 sa et 4 jours, mais aussi par césarienne en urgence. Ce qui signifie que ma montée de lait n’a pas eu lieu, tout a été stoppé net, et il fallu “relancer” le processus de lactation. Et j’avoue qu’entre le stress, la fatigue, le séjour en néonat, l’éloignement de nos 5 autres loulous, j’ai failli flanché plusieurs fois et passer au lait artificiel. Car allaiter n’est pas inné, Céléstin et moi avions tout à apprendre. Lui devait faire d’énormes efforts pour réussir à têter, par le biais du DAL puis au sein, et moi je devais sans cesse tirer mon lait, toutes les 2 heures, puis toutes les 3 heures pendant les premières semaines. C’était éreintant pour moi, mais aussi pour lui notre petit guerrier, qui, malgré tous les obstacles, a réussi à trouver la force et à profiter de mon or lacté pour mieux grandir.

Au moment où j’écris cet article, l’aventure de l’allaitement est presque terminé pour nous. Après plusieurs semaines d’acharnement pour préserver ma lactation en utilisant de multiples “remèdes”, techniques et autres, celle-ci s’amenuise et ne suffit plus à bébé, elle disparaît même. Je maintiens encore ce doux moment quelques minutes par jour, mais je dois me rendre à l’évidence, J’aurais aimé que mon allaitement se poursuive encore un peu, mais c’est ainsi.

Finalement, j’aurais vécu ces 6 mois d’allaitement à la fois comme une épreuve, un défi, mais aussi un enchantement, presque une parenthèse. 

J’en ressors grandie, plus sûre de moi encore, plus maternante. Je suis heureuse d’avoir pu aider notre bébé préma à devenir un grand gaillard, à passer entre les microbes et à bientôt retrouver une courbe normale. Et je suis fière d’avoir montrer à nos autres enfants qu’allaiter est l’acte le plus naturel du monde et un choix qu’ils seront en droit de faire durant leurs vies d’adultes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Ma Famille Nombreuse o Naturel (@mafamillenombreuseaunaturel) le

*#*#*#*#*#*#*#*#*#*
Pensez à commenter cet article
à Bientôt
Ophélie de la Beaufour Family
**********

12 thoughts on “Mon aventure de l’allaitement

  1. Coucou. 6 mois pour un 1er allaitement, c’est super. J’ai allaité mes enfants (j’allaite mon petit dernier qui a 9 mois) et c’est plus simple pour un 4e que pour un 1er 😉

  2. Merci pour ce témoignage. Moi je n’ai pas pu allaiter ma fille, je n’y suis pas arrivée et je n’ai pas eu la force de continuer car elle était affamé, je suis donc très vite passée au lait artificiel. Je tenterai peut-être l’expérience pour le deuxième…!

    1. oui après il ne faut pas trop avoir de regrets, cela se fera peut être pour le prochain bébé, mais en tout cas n’hésitez pas à demander conseils aux puéricultrices, moi elles m’ont énormément aidées

  3. Magnifique article plein de douceur ! Petite question : qu’est ce qui te fait dire que tu dois stopper l’allaitement ? Ton petit est grognon apres la tétée ? Si tu as encore envie de poursuivre, et que tu as des craintes de ne plus avoir de lait n’hesiste pas a prendre rdv aupres d’une conseillère en lactation. Merci beaucoup pour ton partage

    1. Merci paulonie
      Cest simplement qu’après avoir tout tenté en terme d’alimentation, techniques, pris des conseils auprès de professionnels, etc… je ne peux pas lutter éternellement contre mon corps fatigué. Car oui avoir 6 enfants (sans parler des travaux, et …) ca fatigue, et mon corps dit stop par ce biais là.
      Je lutte depuis la naissance de celestin pour maintenir cet allaitement tant bien que mal, et ai connu de gros creux en terme de quantités de lait.
      Alors voilà, je maintiens cette mini tétée de plaisir avec le peu de lait que mon corps veut bien encore produire 😊

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.